Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  La e-letter n°10 du tourisme fluvial est en ligne
Actualité

SÉRIE D’ÉTÉ La Voix du Nord vous embarque au fil de l’eau

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 1er août 2017 (modifié le 4 août 2017)

1 Le projet
Comme chaque année, ce projet estival est né d’une seule et même envie : redécouvrir la région et ses habitants à un autre rythme que celui dicté par l’actualité. Depuis 2011, on s’est essayé à plusieurs moyens de locomotion propice à la conversation, mais pas encore au bateau-stop, au rythme des écluses empruntées par près de 8 000 embarcations par an et au gré des rencontres ! On sera deux (une rédactrice et un photographe), on part avec le sac au dos et on va tenter de naviguer avec tous ceux qui font vivre les canaux (mariniers, plaisanciers, éclusiers, kayakistes, pêcheurs...) et qui voudront bien nous accueillir à bord le temps d’un simple échange, d’un petit café, ou bien même d’une étape d’un port à l’autre, voire d’une nuit. Mais on croisera aussi tous ceux qui voudront bien venir à notre rencontre le long de ces canaux que longent 273 km de chemins de halage : on vous tiendra au courant de notre itinéraire chaque jour ici-même et aussi sur les réseaux sociaux.

2 L’itinéraire
Rien n’est figé ! On a quatre ou cinq jours. On devrait partir des Près du Hem (Armentières) lundi matin pour voguer sur la Lys puis sur la Deûle, en franchissant deux écluses (Armentières et Quesnoy-sur-Deûle) avant d’arriver à Wambrechies, aux portes de Lille. Ensuite, plusieurs options s’offriront à nous : naviguer vers le canal de Roubaix, remis en eau il y a près de dix ans dans le sillage de l’histoire industrielle de la région, ou bien poursuivre sur la Deûle vers le Douaisis, puis le Cambrésis et le Canal du Nord à la rencontre des plus grosses péniches du nord de la France ? Ou, pourquoi pas, revenir sur nos pas pour faire route vers l’Audomarois, le Dunkerquois, pour voir si la mer attire les marins (qu’on dit) d’eau douce ? On a décidé de se laisser porter, au gré des rencontres - qu’on devine déjà belles ! Ce sera donc un peu à vous aussi de décider de notre parcours...

3 L’inspiration
Citons deux aventuriers qui nous ont inspiré ce projet. Le premier est l’écrivain écossais R.-L. Stevenson (L’Ile au trésor, Dr Jekyll et Mr Hyde) qui a écrit en 1876 son premier livre, Voyage en canoë sur les rivièves du Nord, en descendant l’Oise dans le sud de la région. Il nous rappelle l’ingrédient essentiel de tout voyage réussi : le temps, qu’il faut accepter de prendre, vaut au moins autant que le lieu où on compte se rendre... Le second est un aventurier des temps modernes : un retraité américain, Rick Smith, croisé il y a deux ans sur la Deûle ; qui venait d’entreprendre un voyage devant le mener d’Allemagne à Casablanca. La semaine dernière, il jetait l’ancre en Espagne du Sud, à Tarifa ! Lui nous avait expliqué à quel point les rencontres et l’amitié pouvaient effacer les kilomètres de galères...
http://www.lavoixdunord.fr/198747/article/2017-07-31/vous-embarque-au-fil-de-l-eau#
http://www.lavoixdunord.fr/199140/article/2017-07-31/jour-1-entre-armentieres-et-wambrechies-bienvenue-bord-de-mon-reve-de-gosse
http://www.lavoixdunord.fr/199552/article/2017-08-01/l-eau-est-le-dernier-endroit-sur-terre-ou-tu-es-libre#
http://www.lavoixdunord.fr/199926/article/2017-08-02/les-amoureux-jake-et-rachel-filent-l-anglaise#
http://www.lavoixdunord.fr/200394/article/2017-08-03/sur-l-air-du-tango-des-gens-d-bord#